Nos dernières lectures – Septembre 2018

J’espère que cet été, vous avez vous-aussi eu le temps de lire, sans vous préoccuper du temps qui passe. Je vous laisse découvrir de nouveaux titres, peut-être, des histoires légères, gourmandes, engagées voir même qui donnent envie d’agir. Et n’oubliez pas que vous pouvez, vous aussi, participer à ce rendez-vous en nous faisant parvenir un petit texte sur l’une de vos dernières lectures.

Pour rappel, il suffit de cliquer sur le titre du livre à la fin de la chronique pour avoir les références exactes à présenter à votre libraire ou pour le commander en ligne.

vaiana histoire facile à lireVaiana – L’histoire de Tamatoa, présenté par Arc-en-ciel, 6 ans ½

C’est l’histoire de Tamatoa. C’est un crabe maléfique qui veut être craint de tous. Du coup il cherche des richesses et des trésors. Il veut absolument le hameçon magique de Maui, le demi-dieu du vent et de la mer.
C’est Vaiana qui raconte l’histoire aux enfants de l’île de Motunui.
J’ai préféré quand Tamatoa a dû tout recommencer depuis le début. J’aurai bien aimé que le livre soit plus long.
Vaiana – L’histoire de Tamatoa dans la collection de la Bibliothèque Rose

Plus d’idées de lectures pour les enfants de niveau CP et CE1 ici.

roman ado moi malalaMoi, Malala, présenté par Lucile, 12 ans

Ce livre est l’autobiographie de Malala Yousafzai, Prix Nobel de la paix 2014, à 17 ans.
Malala est née dans le Swat, au Pakistan, où elle a vécu paisiblement durant de longues années. Son père est directeur d’une école de filles, et elle n’a eu pendant longtemps de préoccupations beaucoup plus importantes qu’être première aux examens. Puis les Talibans sont arrivés et le cauchemar a commencé. Ils ont fait exploser des écoles de filles, ont fouetté et tué des gens. Malala s’est dressée contre eux, a lutté pour l’éducation des filles et leur réponse ne s’est pas faite attendre : le 9 octobre 2012, dans le bus scolaire qui la ramène chez elle, un homme lui tire dessus. Malala échappe de justesse à la mort.
Elle vit désormais à Birmingham avec sa famille, où elle lutte pour l’éducation dans le monde.

Malala est formidable, je l’admire beaucoup, car malgré toutes les épreuves qu’elle a traversé, elle continue à lutter. Ce livre est très complet, un petit lexique est placé à la fin du livre, et l’on dispose aussi d’un récapitulatif des grandes dates de l’histoire du Pakistan. Au milieu de l’ouvrage, un livret de photos illustre les propos de Malala. Dans l’épilogue, elle nous dit que nous aussi pouvons participer à sa lutte pour l’éducation, qu’il suffit d’actions toute simples, comme par exemple organiser une vente de gâteaux, pour récolter une partie des fonds nécessaires. Quand je lis ça, je me dis que si c’est aussi facile, je peux être capable d’aider les enfants privés d’éducation, que nous sommes tous des colibris, et que je peux apporter ma goutte d’eau. Alors, lisez ce livre et agissons !
Moi Malala, par Malala Yousafzai et Patricia McCormick

roman SF ado les apprentis de la galaxieLes Apprentis de la Galaxie, présenté également par Lucile, 12 ans

« Tanner Hughes était en pleine séance de sport. »
C’est sur ces mots que commence la formidable aventure vécue par Zek, 12 ans, geek. Il a été choisi pour représenter la Terre auprès d’une fédération de planètes extraterrestres. Mais il n’est même pas arrivé que déjà les ennuis commencent…
J’ai bien aimé ce livre, qui parle de l’espace, d’amitiés, de sociétés différentes de la nôtre, de complots et autre… Les connaissances de Zek en matière de films de science-fiction lui sauveront la vie et lui permettront d’élaborer des plans de multiples fois. En plus, étant moi-même une grande fan de Star Wars, ce livre ne pouvait que me plaire ! Quelques détails m’embêtent toutefois : Ceux qui n’ont pas vu Star Trek (comme moi) auront du mal à comprendre les allusions fréquentes à cette série. La fin m’a vraiment déçue, car elle est incertaine et totalement différente de ce que je souhaitais. Mais je conseille quand même ce livre !
Les Apprentis de la Galaxie de David LISS

manga familiale le bonheur selon YuzuLe bonheur c’est simple comme un bento de Yuzu, présenté par Tiphanya, plus de 30 ans

Yuzu est une adorable petite fille qui vit avec sa grand-mère et son chien Cookie. Sa maison est située au-dessus du village de Mugi, en bord de mer, dans une région tranquille. Yuzu a ouvert un magasin de bentô, en hommage à sa maman, et elle semble avoir un véritable don pour savoir ce dont les clients ont besoin.

Voici une série complète en deux tomes (mais on peut se contenter du premier) qui ravira les gourmands, les sensibles, les amoureux des gens. Dans chaque chapitre, Yuzu prépare un nouveau bento qui est un prétexte finalement à suivre des personnages qui doivent trouver le courage de… remercier la femme qui est à leur côté, annoncer une grande nouvelle à leurs parents, poursuivre leur rêve, commencer une nouvelle vie.

C’est léger et tendre, c’est une tranche de bonheur et, comme le rappel le titre, le bonheur peut être simple comme un bento.

Pour informations, sachez que j’ai acheté ce manga pour ma fille de 6 ans ½ mais que nous l’avons tous lu, y compris mon amoureux et qu’il convient à beaucoup de lecteurs, sans lien avec un âge précis.

Le bonheur, c’est simple comme un bento de Yuzu, par Umetaro Aoi

roman développement personnelLe jour où j’ai appris à vivre, présenté par Yza – maman

Il y a quelques mois, je suis tombée par hasard sur un extrait de livre qui m’a interpellé. En me renseignant à son sujet, j’ai découvert l’auteur Laurent Gounelle qui écrit des romans mixant philosophie, développement personnel et psychologie. Depuis j’en ai lu quatre et je vais prochainement en lire un cinquième (et à priori le dernier qui reste du même auteur).
J’ai choisi de vous parler du livre Le jour où j’ai appris à vivre car quelque part, c’est un sujet qui me parle davantage que les autres et qui a été bien amené par l’auteur. Ceci dit, j’ai dévoré les autres aussi !

Le héros du livre a une vie du style métro-boulot-dodo jusqu’au jour où tout bascule après qu’il se soit fait lire les lignes de la main. À partir de là, il chemine différemment et revoit sa vision de la vie. En gros, c’est l’électrochoc qu’il lui fallait pour sauter le pas et oser vivre en accord avec ses principes les plus profonds.

Tout plaquer pour se lancer dans une nouvelle aventure, c’est une chose qui est très difficile car on a du mal à quitter la sécurité et la routine dans laquelle on s’est installé. Mais est-on vraiment heureux et épanoui dans notre vie telle que nous l’avons établie ? En gros, c’est le genre de question que l’on peut se poser lorsque l’on lit les livres de Laurent Gounelle. Il nous pousse à nous questionner sur le monde, sur nous-même et sur les décisions que l’on prend au cours de notre vie.
Je sais que certains préfèrent les sujets purement sérieux. Personnellement, je préfère aborder la philosophie et la psychologie dans un cadre ludique.
Le jour où j’ai appris à vivre – Laurent Gounelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *