Témoignage : l’IEF avec une famille nombreuse

L’instruction en famille (IEF) est un choix pour lequel optent des familles aux profils très différents. Il serait impossible de lister toutes les possibilités, toutefois nous espérons à travers le témoignage de parents et de jeunes ayant grandi en IEF vous montrer les opportunités que cela offrent et peut-être vous inspirer ou vous rassurer.
Ce mois-ci, nous vous proposons de rencontrer Naomi, la maman d’une grande famille qui nous montre qu’il est tout à fait possible de faire l’IEF avec une famille nombreuse. Naomi a pris le temps de répondre à toutes nos questions, sur l’organisation, l’intimité et même le futur de ses grands qui préparent le baccalauréat. Pour en savoir plus sur son univers, vous pouvez suivre sa page Instagram ou sa page Youtube.
Toutes les photos incluses avec ce témoignage nous ont été envoyé par Naomi.

Interview Naomi IEF

Bonjour Naomi, peux-tu nous présenter ta famille ?
Je m’appelle Naomi j’ai 39 ans, mon mari Daniel 40 ans. Nous avons 8 enfants. 4 grands enfants : Isaïa (2004), Lin (2005), Zacharie (2006), Ayumi (2007) et 4 plus jeunes : Misaki (2014), Eliorah et Ezéchiel (nos jumeaux de 2015) et enfin Josias (2017). Aucun de nos enfants n’a connu l’école jusqu’à présent. Daniel est informaticien, je suis mère au foyer (et toute jeune youtubeuse sur le sujet de l’éducation chrétienne « ma carrière de maman »).

Qui dit famille nombreuse, dit également plus de chose à gérer au quotidien (plus de vaisselle, de linge à laver, etc.). Quelle est l’implication des enfants dans les tâches quotidiennes ? Comment cette implication s’est-elle mise en place ?
Effectivement, le quotidien est pas mal chargé (quoi que je me prends des pauses dans la journée : si si), ce qui n’est pas fait : n’est pas fait… et alors ? Hi hi.
Notre instruction à la maison est très liée à notre éducation en générale et nous pensons la famille comme une équipe qui a des choses à vivre ensemble, des difficultés, des joies, des tensions, des moments collectifs, mais aussi des moments privilégiés. Notre but est d’utiliser la cellule familiale pour amener nos enfants vers l’âge adulte et l’autonomie, la maturité, l’engagement et le service.
Du coup nos enfants participent aux tâches de la maison. Parce que je ne suis pas leur esclave, mais leur chef d’équipe (:-D). Il y a 5 ans leur participation était assez simple : mise de table, lave-vaisselle et aspirateur après chaque repas, ménage de leur chambre.
Ce qui a changé il y a 5 ans : j’attendais nos jumeaux. Cette grossesse particulière et surtout l’après naissance a été compliqué pour moi : j’utilisais le temps libre que j’avais pour dormir au maximum. Du coup nos enfants ont été d’avantage mis à contribution : notre instruction étant rapide, ils avaient pas mal de temps libre. Ainsi depuis 5 ans nos 4 grands ont environ 15/20 min de ménage/nettoyage/rangement divers après chaque repas (6 jours / semaine). Cela représente une bonne heure de ménage quotidien à eux 4, ce qui est une aide précieuse. Ils ont également une responsabilité quotidienne et hebdomadaire. Ils sont responsables d’une tâche de la maison et je ne m’en occupe presque pas (sauf parfois leur rappeler). Cela peut être, par exemple, vider le compost, trier nos déchets, ranger la bibliothèque, etc. Nos petits ont également des responsabilité de leur âge (veiller à ce qu’il y ait toujours du papier toilette dans l’armoire par exemple, vider les couverts du lave-vaisselle…). Le but est de les sensibiliser au travail domestique et en même temps de les préparer à gérer leur propre espace plus tard.
Depuis un an, en vue de leur vie d’adulte, nous demandons à nos 4 grands de choisir un repas toutes les deux semaines (avec budget fixé). Ils choisissent un nouveau repas jamais réalisé, afin de les préparer à savoir cuisiner un minimum, chercher leur goût propre, s’essayer, faire plaisir en cuisinant, gérer une contrainte budgétaire. Nous avons eu des surprises culinaires particulières, mais cela fait partie de l’apprentissage. Chez nous on se trompe beaucoup, mais on apprend aussi du coup.

Pour les choses plus ponctuelles, nous avons une solution informatique de gestion (Slack). Ainsi les enfants y écrivent lorsqu’ils ont besoin de matériel, de vêtements, d’un problème qui a besoin de réorganisation, un événement à mettre dans l’emploi du temps… Et moi j’y écris lorsque je leur confie quelque chose à faire en plus de ce qui est fait chaque jour. Cet outil m’est très utile car il y a toujours du bruit et des sollicitations, et je ne retiens pas ce que les enfants me disent alors que je gère une couche à changer, un conflit, un repas, de l’administratif… C’est un outil de gestion de groupe / entreprise, mais c’est un peu ce que nous sommes non ? Hi hi. Cela m’aide à m’organiser, à ne pas oublier et à ce que les enfants soient écoutés et leurs diverses activités organisées correctement et donc qu’ils se sentent valorisés dedans.

Famille nombreuse et IEF

Puisque tous tes enfants sont instruits à la maison, il y a des temps d’apprentissage. Certains enseignements sont-ils commun à tous ? Comment cela se déroule-t-il ?
Depuis deux ans, nous avons changé notre façon d’instruire (avant cela c’était chacun son avancée ou son « niveau »). Depuis nous avons à peu près 2 à 3 groupes d’instruction.
Nos 4 petits sont plutôt libres. Je fonctionne 1h30 par jour, les matins, en ateliers choisi par eux et je souhaite travailler avec eux l’autonomie, le goût de l’effort, la concentration, le goût du travail accompli et la fierté qui va avec par le biais de ces ateliers/activités qu’ils choisissent (parfois ils veulent simplement jouer et c’est ok). Je m’inspire beaucoup des propositions pédagogiques de Céline Alvarez pour mes 4 plus jeunes. L’après-midi c’est plutôt découvertes, sorties, balades, jeux…
Nous avons ensuite nos 4 grands qui sont parfois ensemble pour certains apprentissages parfois deux par deux. En effet, pour diverses raisons et choix de nos enfants ; nos deux aînés ont passé le bac de français en juin 2019 et travaillent donc ensemble à leur bac.
Nos deux autres grands ont passé leur DNB en juin 2019 et travaillent ensemble cette année également. Cependant ils ont aussi des enseignements communs avec nos 2 grands dans le but de gagner du temps : par exemple les cours de maths, physique, science de l’ingénieur sont communs avec nos deux enfants qui préparent le bac. Le but n’est pas forcément qu’ils aient les acquis stables et construits comme leurs aînés, mais qu’ils puissent être initiés quitte à revenir dessus plusieurs fois.
C’est mon mari, Daniel, qui gère entièrement ou presque nos 4 aînés, en plus de son travail, donc il est bien occupé. Nos 4 aînés sont majoritairement en autonomie pour leur travail. Mon mari leur fait des cours à base des manuels et ensuite la semaine lorsque mon mari travaille ils sont en autonomie pour la partie exercices, mise en application des cours et apprentissages par cœur (comme en histoire, langues, philosophie par exemple). Nous avons une plateforme informatique pour que nos enfants puissent recenser leur questions/problèmes lors des temps autonomes et le soir, après son travail mon mari consulte cette plateforme et il y a un temps d’une heure environ pour remettre les choses à plat et éclaircir les points difficiles et réajuster au besoin.
Nos 4 grands ont environ 7h de travail chaque jour 4 jours par semaine et deux matinées également (consacrées aux cours de mon mari). C’est beaucoup, mais pour le moment le bac est à l’horizon, nous ajusterons s’il faut. Il n’y a pas de devoirs les soirs, donc ça reste très sympa pour des élèves de terminale / seconde.

IEF et famille nombreuse

Tes enfants ont de grands écarts d’âge. Comment, concrètement, les aînés peuvent-ils travailler sur la préparation du brevet et du bac, avec des jeunes enfants à proximité ?
À l’arrivée des jumeaux nous avons dû réorganiser la maison pour répondre à un besoin de travail efficace des grands. Effectivement il leur était impossible de travailler correctement avec deux bébés qui étaient en grand besoin émotionnel qui pleuraient bien plus souvent que tous mes autres enfants réunis (gloups). C’est surtout lorsque nos enfants ont souhaité passer le DNB, puis le bac que ce problème fut plus contraignant. Avant nous étions relativement relax dans nos apprentissages.
Donc les plus jeunes sont au rez-de-chaussée de notre maison et l’étage est réservé aux grands. Les grands travaillent dans leur chambre, sur leur bureau. Tandis qu’au préalable nous étions tous autour de la table du salon au rez-de-chaussée pour le travail. Je monte au moins une fois dans la matinée, voir si tout se déroule bien, parfois il y a des disputes lors de leur travail et je monte gérer les petits soucis organisationnels également.
Alors bien sûr parfois il y a du bruit, les portes qui séparent l’étage ne sont parfois pas suffisantes, mais généralement cela se passe bien. Ce qui est le plus gênant pour nos 4 grands, ce sont finalement leurs propres chiffonnages suite à une incompréhension, un problème de matériel mal rangé qu’ils ne retrouvent plus ou autre !

Quelle serait une journée d’études type dans votre IEF en famille nombreuse ?
Une journée Type chez nous c’est (lundi, mardi, jeudi et vendredi) :
8h30 -9h : temps de lecture de la Bible, discussion autour de ce que nous avons lu.
9h-12h les 4 grands travaillent selon un emploi du temps défini par période (un ou deux mois).
9h-9h30 je fais un peu de stretching pour petits, on se défoule, puis on se concentre pour le « travail ».
9h30-11h avec les petits : ateliers au choix. Acquisition des fondamentaux cognitifs (cf livres de Céline Alvarez).
12h-13h pause méridienne et tâches / responsabilités ménagères.
13h- 17h travail des 4 grands avec une pause d’environ 15/20 min quand ils veulent selon leur travail ou concentration qui décline. Ils se gèrent individuellement sur ce besoin de pause.
13h30- 15h30 sieste de Josias 2 ans.
13h30 – 15h Moment calme dans leur chambre pour les 3 autres (plus ou moins respecté hi hi) : livres à volonté, jouets à volonté, mais jeux calmes, parfois sieste si besoin. Je prends 20 min pendant ce temps pour apprendre à lire à notre fille de 5 ans. Sinon, c’est ma pause où je choisi de ne pas faire de ménage ou rangement : je lis, je me repose, je passe mes coups de téléphone/WhatsApp sociaux.
15h -16h jeux, activités de découverte (nos kits Pandacraft / lapbook par exemple), apprentissages plus collectifs, on lit des histoires, on va à la bibliothèque… on se balade, on fait des jeux dehors…
18h-19h : heure de débrief avec Daniel pour nos 4 grands. C’est le moment des ajustements, questions etc.

Êtes-vous plutôt une famille fusionnelle ou une famille « individualiste » ? Comment gérez-vous les besoins d’intimité et l’apprentissage de l’éloignement de la famille (je pense aux aînés qui seront bientôt concernés par la vie étudiante) ?
Je ne sais pas trop comment positionner notre famille, notre vision familiale est plutôt celle d’une équipe qui apprend à fonctionner ensemble. Et pour fonctionner ensemble, nous avons besoin de toutes les compétences individuelles de chacun et donc nous voulons faire éclore et travailler/améliorer ces compétences. Pour une équipe soudée, forte, nous avons besoin d’individus épanouis, nourris intellectuellement et émotionnellement et donc cela implique une prise en compte des individualités. De plus nous sommes conscients que cette équipe a pour but de préparer les individus à quitter cette même équipe. C’est paradoxal, mais c’est ce qui nous semble bon et le but de la famille. Bref, avec mon mari nous avons une vision plutôt à long terme et le désir de préparer et entraîner nos enfants pour leur vie d’adulte. Ni individualiste ni fusionnelle pour résumer.
Nos enfants sont deux par chambre, donc l’intimité est restreinte, mais c’est aussi une occasion d’apprendre à tirer le meilleur de situations qui peuvent être tendues, voir conflictuelles. L’intimité limitée pousse à apprendre à communiquer et à se remettre en question, à avoir de l’empathie, à se réajuster… bref à vivre avec d’autres. Donc nous essayons de leur apprendre prioritairement à composer avec l’environnement qu’ils ont. Cependant nous essayons aussi de créer des moments solos qui arrivent lorsqu’ils passent des vacances ou des nuits hors de la maison. Lorsqu’ils vont à leur activités à eux (conservatoire, sport etc…) , lorsque nous avons des moments duo (parent/enfant), lorsque leurs grands-parents et amis les accueillent pour un week-end ou plus, lorsqu’ils voient leurs copains…

En ce qui concerne notre aîné qui passe le bac (et notre deuxième également). Il aurait son bac à 16 ans, Lin à 15 ans. Nous avons deux pistes pour l’an prochain : soit faire un voyage en bus aménagé tous ensemble pendant quelques mois voir un an. Et donc cela repousserait l’entrée en études supérieure d’un an et permettraient à nos enfants de se former à ce qu’ils souhaitent cette année-là (ce serait programmation pour Isaïa et CAP pâtisserie pour notre fille, poursuite de l’instruction pour les autres).
Soit notre projet bus tombe à l’eau et Isaïa souhaiterait faire une prépa scientifique dès l’an prochain (au lieu de 2021). Ce serait en internat donc tout à fait possible et envisageable pour son âge (à voir comment réaliser cela sans dossier scolaire). Il aurait donc 18/19 ans à la fin de cette prépa et au moment de poursuivre ses études (il voudrait faire une école d’ingénieur) et voler de ses propres ailes.

Faire l'IEF avec une famille nombreuse

Merci beaucoup Naomi de nous avoir accordé un peu de ton temps !
N’hésitez pas à poursuivre vos lectures avec le témoignage d’Apolline qui a grandi en IEF et a publié son premier livre avant d’être officiellement adulte ou encore le témoignage de Ghanima qui après avoir été instruite en famille a intégré l’école du ballet de Hambourg.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *