Premières lectures : bien choisir le premier roman pour un apprenti lecteur – niveau CP

Article mis à jour en février 2019

Ma fille, qui a 5 ans 1/2, a voulu apprendre à lire à 4 ans. Elle avait une idée très précise en tête : lire des livres ! Une motivation qui a dirigé tout son apprentissage. Puisqu’elle est instruite en famille, nous pouvions avancer à notre guise. Elle a donc appris à lire en script et très régulièrement elle prenait un de ses livres pour voir si elle progressait.

Les déceptions étaient nombreuses. Texte écrit trop petit, police fantaisie ou trop de sons complexes, aucun livre ne semblait accessible. J’ai donc commencé à me renseigner sur les livres spécifiques, sur les premières lectures. Et j’ai découvert qu’il n’y avait rien pour le niveau CP, pour ceux qui apprennent et qui ne maîtrisent pas encore tout. Enfin, il n’y avait rien à ce moment là, car depuis peu il existe plusieurs collections proposant de véritables histoires à ceux qui apprennent à lire.

Public GS, CP, CE1
Utilisation En autonomie, en classe, avec un parent
Compétence du socle commun Cycle 2 – français – comprendre un texte, lire à voix haute
Type de pédagogie Non spécifique
Prix 2,95 € à 7,90€

Plusieurs collections d’histoire à lire dès le CP

Certaines de ces collections sont en fait des compléments à des méthodes de lectures existantes.

Les éditions Hachette proposent les histoires J’apprends à lire avec Sami et Julie, liées à la méthode syllabique du même nom. Les éditions Nathan sont tout aussi originales proposant les histoires Regarde, je lis !, de la méthode syllabique et visuelle du même nom.

La troisième collection intègre les nombreux supports pédagogiques Montessori proposés par Nathan. Tandis que la collection proposée par Larousse fait suite à une méthode de lecture syllabique.

Sachez tout de suite, que je vous propose mon avis sur les histoires alors même que je n’ai utilisé aucune de ces méthodes de lecture. Elles peuvent donc être utilisées quelque ce soit votre approche de la lecture.

Livres niveau CP

Quel livre, quelle collection choisir ?

Ne pouvant véritablement choisir pour vous, l’une ou l’autre collection, je vous propose un tableau comparatif. Il regroupe de façon synthétique les éléments clés de chaque collection. Pour plus de détails, poursuivez votre lecture.

Titre Type d’histoire Difficultés de lectures Activités scolaires Nombre de pages Densité du texte Prix
Regarde, je lis ! – Nathan Petite aventure avec soupçon de magie Trois niveaux : début, milieu et fin de CP.

Le niveau 1 comprend quelques mots outils « c’est, un, et »

Une page de compréhension 15 pages de texte Texte aéré, peu de lignes. 2,95 € – Commander ici
J’apprends à lire avec Sami et Julie – Hachette Récit ancré dans le réel et le quotidien Une double page de préparation et une double page de compréhension/réflexion 12 pages de texte Texte aéré, beaucoup de lignes sur certaines pages. 3,20 € – Commander ici
Mes premières lectures 100 % syllabiques – Larousse Récit ancré dans le quotidien, les personnages sont des animaux Quatre niveaux.

Le niveau 1 comprend quelques mots outils « c’est, un, et »

Une page de vocabulaire incluant des mots outils 14 pages de textes

Dès le niveau 2 dès bulles de BD apparaissent sur l’illustration

Texte aéré, beaucoup de lignes sur certaines pages. 3,95 € – Commander ici
Mon coffret premières lectures Montessori – Nathan Récit ancré dans le quotidien Niveau 1 : que des mots phonétiques.

Niveau 2 : un son complexe par histoire

Aucune, juste une page de conseils pour les parents 9 à 16 pages de texte Texte aéré, une à deux lignes par page. 7,90€ le coffret de 3 livrets – Commander ici
Je lis avec Splat Récit ancré dans le quotidien. Le héros est un chaton Trois niveaux.

Des sons complexes sont présents dès le niveau 1 (ou, on, …)

Une page boîte à mot. 19 pages de texte Texte aéré. Quatre lignes par page maximum. 3,95 € – Commander ici

Description de la collection « Regarde, je lis ! »

Cette collection est l’une des premières collections du genre mise en vente et elle s’étoffe régulièrement de nouveaux titres. Elle est organisée selon trois niveaux de difficultés. Le niveau 1 ne comprend que des sons simples, puis le niveau 2 les premiers sont complexes, tandis qu’au niveau 3, l’enfant doit tout pouvoir déchiffrer.

Chaque tome propose une véritable histoire, alors que c’est un véritable exercice de style d’écrire un texte cohérent sans aucun son complexe. On a à chaque fois une petite intrigue et donc l’envie d’aller jusqu’au bout. Les personnages principaux sont Noé et Mila. L’ensemble possède souvent un soupçon de magie ou de poésie (un robot qui verse une larme, une fée qui soigne les bobos, etc.). Les illustrations aident à la compréhension, sans trop en dévoiler (sinon inutile de se forcer à lire).

Côté vocabulaire, j’ai relevé un mot dans chaque livre qui pose « soucis ». C’est à dire que j’ai eu à l’expliquer. Personnellement je trouve ça très bien, car c’est stimulant. Les mots en question sont : affaler, ausculter, ramure, des écus.

Chaque livre finit par une petite page de questions de compréhension. Ces questions ne tiennent pas compte dans leur formulation de ce que l’enfant peut lire seul ou non. C’est donc à l’adulte de les lire.

Description de la collection « mes premières lectures 100 % syllabiques Larousse »

Cette collection est sortie début 2019. Il n’y a donc pas beaucoup de titres pour le moment mais elle est amenée à s’enrichir très vite.

Contrairement aux autres collections proposées ici, il y a 4 niveaux de difficultés. Le niveau 1 ne compte que des sons simples, le niveau 2 introduit certains sons complexes (par exemple dans « les fourmis » le son OU est très présent), le niveau 3 fait suite avec d’autres sons complexes et enfin le niveau 4 considère que l’enfant peut lire tous les sons complexes. Par ailleurs dès le niveau 2, des bulles de BD apparaissent dans l’illustration avec un texte écrit plus petit, mais très court.

Les histoires m’ont beaucoup plu pour deux raisons : il semble y avoir un univers égalitaire et les aventures se déroulent en plein-air. J’en ai d’ailleurs discuté avec l’une des autrices et s’il y aura quelques aventures en intérieur, il n’y aura jamais d’histoires se déroulant à l’école. Le but est de s’adresser à tous les enfants, y compris ceux qui sont non-scolarisés.
Les personnages sont des animaux (des renards, un écureuil, un lapin, etc) et le graphisme est plein de douceur.

Chaque livre commence par une page de conseils pour les parents (les mêmes que dans les autres collections) et une page de mot du livre.

Premières lectures Larousse

Description de la collection « J’apprends à lire avec Sami et Julie »

Cette collection est sortie fin 2016 et propose déjà une vingtaine de titres répartis sur les trois niveaux. De plus sur le même modèle, il est possible d’acheter des histoires tirées des films Disney.

La progression en terme de difficulté et de niveaux est très similaire à celle de la collection précédente.

Les histoires sont les petites aventures de Sami : le jour où il a construit un tipi dans la cour de l’école, les poux attrapés en classe. C’est très ancré dans le quotidien et la réalité. Les illustrations sont très riches et comportent parfois du texte, mais elles laissent la place au récit pour la compréhension générale.

Chaque livre commence par une double page de préparation avec des syllabes à lire, des mots outils, des exercices où il faut identifier les images avec le son [o], etc. Puis la double page de fin propose des questions de compréhension et des questions de réflexion. Attention, les consignes ont besoin d’être lues par un adulte, l’enfant qui lit un texte de niveau 1 ne saura pas les lire tout seul.

Quel roman pour le CP
Comparaison de deux pages, chacune de niveau 1

Description de la collection « Mon coffret premières lectures Montessori »

Ces coffrets sont sortis en mars 2018 et de nombreux autres coffrets sont sortis depuis.

Ces lectures n’ont rien à voir avec les deux collections précédentes ! Tout d’abord dans chaque « coffret » on a trois livrets, soit trois histoires complètes du même niveau. Par ailleurs le texte est bien plus court et un enfant qui a compris le principe de la lecture phonétique pourra sans frustration lire les récits du niveau 1.

Au niveau des personnages et des histoires, je suis complètement séduite. Aucune mention n’est faite de l’école (y a pas que ça dans la vie), l’une des familles est métis, la petite fille n’hésite pas à courir et rouler dans la boue. Pour le coup, on a un univers égalitaire ne véhiculant aucun des préjugés habituels.

En ce qui concerne la lecture, là encore on s’éloigne de l’école. L’objectif est de découvrir une histoire, pas de faire des devoirs. Il y a une page de conseils aux parents et c’est tout. Pas d’échauffement, pas d’exercice de compréhension !

Par contre, les niveaux 1 et 2 sont vraiment pour des débutants ou des enfants dont la confiance est totalement à construire. Les textes sont très courts. Et pour le niveau 2, on n’attend pas de l’enfant qu’il connaisse de nombreux sons complexes. Un seul son est introduit à chaque fois. Pour le coffret Chut, je me cache, il s’agit des sons « é, ch, ou ». Cela signifie malheureusement que si votre enfant est déjà capable de lire le niveau 1 des collections cités ci-dessus, il est déjà trop grand pour ces livres ou presque. D’un autre côté cela signifie également que certains enfants en grande section de maternelle ont enfin des livres à leur portée.

avis coffret premières lectures montessori
Coffret premières lectures Montessori – On ne le voit pas bien mais les lettres silencieuses sont grisées.

Comment utiliser ces livres ?

Je trouve que la lecture de ces livres boostent vraiment la confiance de l’enfant dans sa capacité à déchiffrer un livre seul. Mais pour cela il faut les proposer au bon moment. Par exemple, ce n’est pas parce que l’enfant lit tous les sons simples, qu’il faut tout de suite le plonger dans un livre de niveau 1. Attendez un peu, puis offrez-lui en un. Cela peut-être l’occasion de le féliciter de tous les progrès déjà accomplis.

Ne forcez pas la lecture, laissez-le lire autant ou aussi peu qu’il le souhaite. La première fois, ma fille est arrivée au bout des deux premières pages épuisée. Puis quelques temps plus tard, alors que j’étais occupée, elle a commencé à lire à voix haute de sa propre initiative Le vélo de Mila et ne s’est arrêtée que pour boire un verre d’eau.

Ces livres ont le mérite de rendre la lecture concrète et de rappeler l’objectif de l’apprentissage : être autonome face à un texte. L’idée n’est pas d’aller le plus vite possible, mais de permettre à l’enfant d’acquérir des bases solides.

J’ai choisi d’avoir des niveaux 2, mêlés au niveau 1. Je ne cherche pas à leurrer ma fille (elle a remarqué seule qu’il y avait des niveaux différents). Je veux juste que, lorsqu’elle se sentira prête ou motivée pour un nouveau challenge, elle puisse s’y essayer.

Mon avis sur les premières lectures

Ma fille préfère les histoires de « Regarde, je lis ! ». Je partage son avis, j’apprécie que ce soit un duo d’enfants et non que le garçon soit toujours le héros (même s’il est quand même souvent personnage principal). Maj : Problème résolu avec les coffrets premières lectures Montessori et les lectures Larousse qui sont bien plus égalitaires que la collection Sami et Julie.

Par contre, méfiez-vous du terme « premières lectures ».

Quelques « premières lectures »

J’ai appris à mes dépends que le terme « premières lectures » est véritablement un abus de langage en littérature jeunesse. Et oui, dans les premières lectures, j’ai également acheté un titre publié chez Belin Jeunesse, Les caprices de Louise.
Il faut savoir que la règle est, en édition jeunesse, que l’enfant lit quand il sait totalement lire. Les premières lectures de niveau 1 comprennent donc des sons complexes « faire du vélo sans roulettes, c’est trop chouette » et un texte écrit plus petit. Ces titres sont donc à réserver aux enfants au moins en CE1, ou à confier à l’adulte en charge de l’histoire du soir. D’ailleurs maintenant que ma fille a grandi, je vais pouvoir vous faire un article similaire à celui-ci pour les enfants prêts à lire « plus ».

Les plusavantages

Les moinsInconvénients

  • Booster la confiance de l’enfant
  • Rendre réel l’apprentissage de la lecture
  • De vraies histoires
  • Des petits prix
  • Uniquement en script
  • Les activités « scolaires » enlèvent l’idée de lire juste pour le plaisir

Conclusion

L’apprentissage de la lecture est très souvent long et fastidieux. On est tellement concentré à répéter/apprendre que O+N = [ON] que l’on oublie vite le plaisir et l’utilité de savoir lire, le plaisir de comprendre tout seul un mot sur un emballage, d’aider un copain plus jeune à déchiffrer quelque chose, de se plonger seul dans une histoire.

Ces toutes premières lectures pour le CP sont là, pour ranger les manuels, instaurer une pause et s’initier à la lecture de livres.

Enregistrez cette épingle sur Pinterest pour retrouver facilement cet article !

Les éditions Nathan et Larousse m’ont offert certains titres présentés ici. L’article et la critique n’en restent pas moins personnels.

5 réponses sur “Premières lectures : bien choisir le premier roman pour un apprenti lecteur – niveau CP”

  1. Sur tes conseils j’ai acheté le niveau 1 de Regarde je lis, le vélo de Mila, mini Voyageur a adoré. Il est en CP, mais s’entraine à lire par période depuis ses 4 ans également. Il connait quais tous les sons même les complexes mais a du mal à bien les reconnaitre dans des phrases et histoires! Là, il s’est enfin rendu compte qu’il pouvait lire une histoire et la comprendre…. même si on met du temps…lire plusieurs pages en comprenant ce qu’on lit est épuisant 😀 J’ia testé aussi la lecture facile de « les copains du cp », mais là l’enfant ne lit que ce qui est dans les bulles car sinon des sons plus « compliqués » se trouvent dans le texte. Mais on adore lire « à 2 voix » Je vais tenter le niveau 2 et 3 en les laissant trainer sur le canapé 😉

    1. Chez nous les lectures à deux voix ne fonctionnent pas car ma fille a alors trop conscience de son manque de fluidité. Elle n’aime pas s’entendre lire juste après moi, elle n’arrive pas à profiter de l’histoire. Et du coup elle finit par éviter ces livres (on en a 2 ou 3 à la maison et il y en a beaucoup à la bibliothèque).
      Ah les enfants, s’ils pouvaient tous fonctionner pareil, ce serait quand même plus simple pour s’échanger des conseils 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *