Passer l’ASSR en instruction en famille

L’ASSR est l’Attestation Scolaire de Sécurité Routière nécessaire pour passer le BSR ou le permis (quand on est jeune, pour faire simple). Dans l’ensemble c’est une formalité qui ne demande pas vraiment d’y penser… quand l’enfant est scolarisé. Car pour passer l’ASSR 1 en instruction en famille, y compris en étant inscrit au CNED, il faut anticiper un peu et s’organiser.

L'ASSR en instruction en famille

L’ASSR n’est pas obligatoire, mais…

Il y a deux attestations différentes.

L’ASSR 1 est celle qui donne accès au BSR (le Brevet de Sécurité Routière). Elle se passe, en contexte scolaire, en classe de 5e et s’adresse aux moins de 14 ans. Elle n’est pas obligatoire, on peut passer l’ASSR 2 directement.

L’ASSR 2 est l’attestation pour se présenter au permis de conduire (moto, voiture ou quadricycle lourd à moteur) quand on a moins de 21 ans. Elle est passée par les élèves de 3e, mais aussi ceux de 16 ans dans l’année civile qui sont scolarisés.
Si on ne passe par l’ASSR 2, on peut passer l’ASR (l’Attestation de Sécurité Routière) dans un Greta.

Ces deux attestations sont gratuites.

Tous les détails légaux sont sur le site Service Public. Ce qui nous intéresse ici, c’est la réalité de l’inscription et du passage de l’ASSR lorsque l’enfant ne va pas à l’école.

S’inscrire au passage de l’ASSR

Actuellement, je suis surtout au point pour l’ASSR 1, mais je me suis renseignée et pour le passage gratuit, géré par l’Éducation Nationale, c’est identique lors de l’ASSR 2.

Que l’enfant soit au CNED (réglementé ou non) ou dans un autre format d’instruction en famille (IEF), la démarche est la même : il faut contacter le DASEN, c’est-à-dire son académie.

En général, un simple mail suffit. Dans certaines académies (c’est le cas dans le Haut Rhin par exemple), l’académie écrit directement aux familles avec un enfant qu’elle a noté comme étant au niveau 5e pour le proposer.

Ensuite, les modalités évaluent, avec plus ou moins de papiers à remplir pour faire une inscription officielle. Il peut être demandé d’appeler l’établissement scolaire de rattachement de l’enfant pour finaliser.
En toute franchise, je ne suis pas un exemple à suivre, mais j’ai zappé l’étape « contacter l’établissement » et nous avons tout de même reçu une convocation. Par contre le jour J, le secrétariat pensait que ma fille ne se présenterait pas vu qu’on ne les a jamais contactés (mais il n’était pas demandé de confirmation sur la convocation).

Donc ne faites pas comme moi : contactez d’abord l’académie avant Noël, puis l’établissement avant les vacances d’hiver.

Se préparer à l’ASSR

Il existe un site internet officiel pour préparer les attestations de sécurité routière.

Il suffit de choisir l’examen que l’on prépare, puis on peut faire des séries de questions thématiques. On apprend en s’entraînant. Il est également possible de faire le test en condition réelle et je vous conseille de le faire au moins une fois. Il y a un rythme imposé pour les questions, c’est bon de le découvrir à la maison et non le jour J.

Ce site suffit pour se préparer. Tout enfant qui a déjà demandé pourquoi on agissait de tel ou tel façon en voiture, qui fait du vélo en ville ou qui s’intéresse aux panneaux, a déjà une longueur d’avance.

Le premier niveau est relativement simple. Voici un exemple avec la question (qui est accompagnée d’une vidéo en principe) et la réponse.

préparer l'ASSR en candidat libre Passer l'ASSR quand on ne va pas à l'école en se préparant seul

De quoi a-t-on besoin pour passer l’ASSR ?

Suivant les établissements scolaires, les convocations sont plus ou moins complètes pour arriver totalement prêts.

Il est indispensable d’avoir une pièce d’identité avec photo (carte nationale d’identité ou passeport) et sa convocation.

Le jour J, un numéro de candidat est édité par l’établissement scolaire. La secrétaire que j’ai eu au téléphone m’a affirmé que c’était de leur responsabilité car les numéros sont liés à des sessions.

Un autre élément très appréciable à avoir est un casque filaire. Cela permet de faire l’examen avec l’audio mais aussi de se couper du bruit des autres participants.

C’est tout ce qui est nécessaire.

Quand se déroule l’ASSR ? Y-a-t-il plusieurs sessions ?

L’examen se déroule au printemps. Pour l’année 2024, tous les jeunes que je connais et qui étaient concernés l’ont passé en mai.

Le résultat est envoyé par courrier (mais peut parfois s’obtenir le jour même).

Il n’y a qu’une session par an.
En cas d’échecs, il faut directement contacter l’établissement scolaire où s’est déroulée l’épreuve pour connaître la date et s’assurer de son inscription pour le rattrapage.

Où se déroule l’examen de l’ASSR en candidat libre ?

Comme dit plus haut, l’ASSR se déroule en contexte scolaire (c’est dans son nom), tandis que l’ASR se fait dans un Greta. Techniquement l’épreuve seule dure 30 minutes.

Le candidat est inscrit à son collège de rattachement, celui qui est le plus proche de chez lui. Ensuite, il y a plusieurs cas de figure.

– Le candidat est intégré à une session scolaire classique. C’était le cas de ma fille, elle a été conduite dans une salle, l’enseignant lui a installé l’ordinateur et ensuite une classe a pris place autour d’elle. L’examen a donc pris une heure de cours en tout, le temps de vérifier les pièces d’identité de tout le monde et surtout d’allumer tous les ordinateurs.
– Le candidat est dans une salle avec uniquement d’autres candidats libres. Ce sont des conditions confortables car les jeunes sont peu nombreux, certains passent l’ASSR 1, d’autres l’ASSR 2. La mise en route est rapide et le tout prend 45 minutes maximum.

Comment récupérer son attestation

En principe, elle est directement envoyée par courrier peu de temps après le passage.

Toutefois, pensez à surveiller votre courrier et à recontacter l’établissement scolaire avant les vacances d’été, car l’envoi n’est pas toujours aussi automatique que ça.

Les bonnes surprises du passage en candidat libre

En guise de conclusion, je veux rappeler que ce que j’ai décrit, c’est le côté factuel. Reste ensuite les petites surprises réservées à la vie en IEF.

Ainsi dans un établissement, le secrétariat ne savait pas qu’il y avait des candidats libres (oui, plusieurs) et ne savait donc pas quoi faire des jeunes…
Dans un autre, l’heure de convocation ne ressemblait à rien. Il a fallu attendre la fin de la session en cours, puis assister à la récréation, puis seulement atteindre une salle pour s’installer.
Ou encore ailleurs, au moment de démarrer l’épreuve, impossible d’allumer les ordinateurs : il a fallu déménager tous les élèves dans une autre salle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *