Nos dernières lectures – Septembre 2020

Il y a des étés pendant lesquels je lis une trentaine de bandes dessinées et quelques romans. Cette année était plutôt une année calme, me demandant même si j’aurais de quoi présenter un livre pour cette chronique collective de fin d’été.

Pour rappel, tout le monde peut participer à cette chronique. Il suffit de nous envoyer un mail (via le formulaire de contact) avec votre avis (ou celui de votre enfant) et la référence exacte d’un livre. Actuellement le point commun des enfants qui s’expriment est qu’ils sont tous en instruction en famille !

Idées lectures rentrées 2020

Naomi, 6 ans ½, présente : Le génie de Jenny

Jenny est en vacances chez ses grands-parents. Lorsqu’elle entre dans leur maison, elle demande où est son grand-père. Soudain la porte du garage s’ouvre et son grand-père apparaît. Lorsque Jenny voit les doigts de son grand-père pleins de peinture, elle lui demande ce qu’il était en train de faire. Il lui répond que c’est une surprise. Jenny sort dans le jardin, et puis elle se met à jardiner. Elle creuse, et trouve une petite boîte qu’elle ouvre. Mais qu’est-ce qu’elle va y trouver ?…
Mon avis : c’était très bien et j’ai trouvé ça très rigolo !
Le génie de Jenny – Stéphane Daniel

Nine, 8 ans, présente Sacrées Sorcières

C’est une BD qui vient d’un roman de Roald Dahl qui a aussi écrit Matilda, Charlie et la chocolaterie et d’autres.
Un garçon vit chez sa mamie. Ses parents sont morts. Il s’intéresse aux sorcières. Un jour ils vont à l’hôtel parce que sa mamie tousse, tousse et tousse (c’est une très vieille dame).
Le garçon découvre que des sorcières habitent à l’hôtel et veulent faire un plan maléfique contre les enfants. Comme il se fait surprendre, il est transformé en souris. Avec une petite fille aussi transformée en souris, il essaie d’arrêter les sorcières.
J’ai trouvé que c’était super car c’était captivant. Cela fait un peu peur aussi.
Sacrées sorcières – Pénélope Bagieu et Roald Dahl

extrait Sacrées sorcières Bagieu

Yza, maman, présente un documentaire sur Molière

J’aime faire découvrir aux enfants la vie de personnages célèbres. Cette fois-ci, mon choix s’est porté sur Molière. Je leur ai lu ce livre en deux fois (malgré les protestations pour que je continue la lecture).
Il s’agit de la vie de Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière. Il était passionné par le théâtre depuis sa plus tendre enfance. Il y a consacré sa vie, allant à l’encontre de ce que souhaitait son père. On y découvre ses déboires et ses réussites.
C’est un récit qui a passionné les enfants (peut-être que la lectrice y est aussi pour quelque chose, allez savoir)
Chose appréciable : une chronologie sur deux pages, en fin de livre, reprend toutes les étapes importantes de la vie de Molière. Par ailleurs, des mots de vocabulaire sont soulignés dans le texte, signifiant que l’on peut trouver leur définition à la fin de l’ouvrage.
Chaque page contient des illustrations très colorées. Les couleurs utilisées pour les illustrations et la belle couverture gaufrée du livre sont les mêmes.
Nous avons apprécié l’histoire, avec juste ce qu’il faut de texte et d’illustrations sur chaque page pour garder l’intérêt des lecteurs éveillé.
Ce livre permet de se faire une idée de l’époque dans laquelle vivait Molière et il permet d’apprendre des notions d’histoire tout en se distrayant.
Je recommande ce livre. Nous en avons d’ailleurs un autre de la même collection sur la vie de Fernand de Magellan.
Molière – collection Les Grandes Vies de Gallimard Jeunesse

Extrait biographie Molière

biographie jeunesse sur Molière

Tiphanya, maman, présente Le journal d’Alice Guy

Alice Guy est probablement la première cinéaste, c’est à dire l’une des toutes premières personnes, hommes et femmes confondus, à avoir écrit des scénarios, choisi des acteurs, filmé et monté des films. Elle a mis au point de nombreux effets spéciaux. Après avoir eu un certain succès en France, elle a créé son propre studio de cinéma aux États-Unis où elle a également eu un succès fou. Elle a réalisé des centaines de film et son nom est majoritairement inconnu, contrairement à celui de George Méliès ou des frères Lumières.
Il faut dire que suite à son divorce, elle a perdu son studio et son argent. Elle a alors choisi de retourner en France et bien qu’elle n’ait que 50 ans, elle ne retrouva jamais plus de travail. De plus, puisqu’à l’époque les films n’étaient pas signés, on lui refuse (encore aujourd’hui) la maternité d’un grand nombre de ces créations (les attribuant à ses assistants).
Ce livre se présente comme un journal intime, dans lequel Alice Guy se confie. On s’enthousiasme avec elle de ses idées, tant dans le contenu des histoires que dans sa façon de les raconter. L’ensemble se lit vite et avec plaisir, même s’il est difficile de ne pas être indignée en découvrant les dernières années d’Alice Guy.
Le journal d’Alice Guy, la première femme cinéaste – Sandrine Beau & Aline Bureau

biographie jeunesse Alice Guy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *