Mettre de la douceur dans son IEF

Les jours sont courts, gris et froids. On commence la journée avec la lumière d’une ampoule et on la finit de la même façon. Difficile de rester motivé et enthousiaste. Alors voici un court article avec quelques astuces pour mettre de la douceur dans son IEF (instruction en famille), pour créer une atmosphère chaleureuse, pour s’inspirer du hygge scandinave.

douceur et IEF en hiver

Prendre soin de soi et de son chez soi

Attention, pas d’injonctions ici, chacun fait bien ce qu’il/elle veut.

Les beaux lieux provoquent une sensation de bien-être. Par beau, il ne s’agit pas forcément de mode, ni même de propreté ou de nouveauté. Il en va de même des belles personnes. Il y a comme un rayonnement chaleureux qui donne envie de passer du temps ensemble et de sourire ou de se détendre.

Sacrifier quelques heures d’instruction pour donner à un salon des habits d’hiver, c’est un investissement sur le long terme. Je préfère les habits d’hiver à ceux de Noël. J’utilise bien des décorations spécifiques à Noël, mais j’installe aussi des éléments qui restent en place jusqu’à ce que l’annonce de Pâques les chasse.
C’est l’occasion de sortir les bougies, de déplacer les plantes à des endroits plus propices, etc. On peut même en profiter pour afficher quelques créations des enfants, en optant en priorité pour des couleurs chaleureuses.

Se préparer un thé ou une tisane dont le parfum va embaumer l’espace d’instruction est un autre détail qui fait du bien. On joue avec les sens tout en se réchauffant de l’intérieur.

S’installer sur un canapé, afficher une fausse cheminée qui crépite sur son écran d’ordinateur le temps de lire à voix haute, faire des maths assis sur les genoux de quelqu’un, ne sont que quelques douceurs supplémentaires qui ont plus de sens en hiver qu’en été.

écrire en instruction en famille
Écrire des cartes à la place des rédactions habituelles

Prendre soin des autres

Que l’on célèbre Noël, Hanouka, le solstice d’hiver ou juste le nouvel an, une façon simple de faire plaisir est d’envoyer des cartes de vœux.
Attention, il ne s’agit pas de s’ajouter des choses à faire en plus dans son quotidien.
Chez nous, l’écriture des cartes remplace les travaux d’écriture (que ce soit de la rédaction quand on est grand ou de l’encodage au niveau CP-CE1). On liste les personnes que l’on apprécie, ceux qui nous ont soutenu dans l’année, ceux que l’on n’a pas vu depuis longtemps, ceux à qui on écrit régulièrement.

Quand on cuisine des gourmandises, on en prévoit un peu plus pour en offrir.
Les dessins symétriques ne sont pas faits dans le cahier de maths mais sur des feuilles qui deviennent papier cadeau ou cartes de vœux.
Le rangement de la chambre se fait avec un œil sur un sac de dons en cours de remplissage.

Prendre son temps

Ralentir.
Comme l’ours hiberne, acceptons de nous concentrer sur la cellule familiale.
Pour cela, il faut dire non à certaines propositions, rester chez soi, ralentir, flâner, respirer, regarder la flamme d’une bougie sans penser à rien.

Dans l’article sur la journée « juste parce qu’on peut », je vous parle déjà des bienfaits de s’accorder des pauses. La douceur, c’est juste ça : arrêter de courir. Ne pas voir en l’arrivée de Noël une surcharge sans fin de choses à faire, mais un temps à savourer pour prendre soin des siens.

Chaque saison a ses propres avantages, ne cherchons pas à vivre et étudier toute l’année de la même façon !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *