Dernières lectures : quand chacun donne son avis #1

Nous adorons les livres et nous en lisons beaucoup. Cela fait totalement partie de notre quotidien, pour s’évader, grandir, réfléchir. Mais je doute d’avoir besoin de vous faire la pub de la lecture.

À la place je vous propose un rendez-vous régulier : les dernières lectures de ma fille, de certains copains/copines, de moi-même. Il y en a donc pour tous les goûts et j’espère que d’ici peu il y en aura aussi pour tous les âges. Ainsi si vous aussi souhaitez partager une de vos dernières lectures, n’hésitez pas à nous contacter !

Pour connaître la référence exacte de chaque titre, son auteur, son éditeur et son prix, il suffit de cliquer sur le titre. Cela vous permet également de le commander en ligne si vous le souhaitez.

Nine, 6 ans présente Amélie Maléfice, le livre des formules magiques

Dans ce livre, deux enfants veulent donner un ami à Sésame le chat. Comme ce sont des sorciers, ils disent une formule magique. Ça ne marche pas du tout comme prévu.

C’est fait pour que l’enfant apprenne à lire en lisant les petites bulles. Alors l’adulte lit des passages comme ça l’enfant n’est pas épuisé.
J’ai pu le lire en une seule fois. L’histoire est pas mal, c’est rigolo, même si les enfants prennent le livre interdit pour faire leur sortilège. Car j’ai eu peur que le papa se fâche fort.
Amélie Malice, le livre des formules magiques

Arc-en-ciel, 6 ans, a lu avec sa maman Petit-Lapin-moi-je-sais

C’est l’histoire de Petit-Lapin-moi-je-sais.
Petit-Lapin-moi-je-sais sort de la maison et va chercher son ballon. Son père lui dit : « Quand tu auras trouvé ton ballon, nous jouerons au foot. » Petit-Lapin-moi-je-sais s’en va et s’éloigne de la maison. Il marche tête basse et, caché derrière un arbre, une sorcière l’aperçoit. Elle l’attrape et le met dans son sac. À peine arrivée chez elle, Sorcière-des-bois jette Petit-Lapin-moi-je-sais dans le chaudron. Ensuite, elle dit : « Mais où ai-je mis mon livre de recette ? » Petit-Lapin-moi-je-sais crie : « Moi je sais ! » Et là elle dit : « Très bien petit lapin, va chercher mon livre et je pourrai terminer ma potion. »
Mais que fait Petit-Lapin-moi-je-sais ? Il s’enfuit par la fenêtre ouverte et grimpe sur un arbre. Sorcière-des-bois ne sait pas grimper aux arbres. Et que voit Petit-Lapin-moi-je-sais au creux des branches ? Son ballon ! Il l’attrape et le lance sur la tête de Sorcière-des-bois qui tombe dans les pommes. Il s’enfuit aussi vite que le vent. À la maison, les parents de Petit-Lapin-moi-je-sais s’inquiètent : « Mais où est passé Petit-Lapin-moi-je-sais ? » Soudain, un petit lapin ouvre grand la porte et dit : « Moi je sais ! »

Ce que j’ai le moins aimé : quand la sorcière emmène le petit lapin dans son sac.
Ce que j’ai le plus aimé : quand le petit lapin rentre chez lui.
Petit-Lapin-moi-je-sais, histoire du magazine Tralalire n°99

Nine, 6 ans, a lu Le club des super-héros

Nina veut devenir une super-héroïne car elle peut voler. Elle va au club des super-héros, mais comme ce ne sont que des garçons, ils ne veulent pas qu’elle fasse partie du groupe puisque c’est une fille. Alors elle change sa cape, dit s’appeler Nino et fait parti du club.

Je l’ai lu toute seule avec l’aide de maman, une page à la fois. Il y a des questions écrites en cursive alors c’est ma maman qui les a lu.
Ce livre est très chouette. Ce que j’ai beaucoup beaucoup aimé, c’est qu’à la fin Nina a montré que les filles peuvent être des super-héroïnes. Et même que les garçons se font pousser les cheveux.
Le club des super-héros, mes premiers romans Larousse

Découvrez d’autres lectures pour les apprentis lecteurs !

Lucile, 11 ans 1/2, présente Philibert Merlin, apprenti enchanteur

Sujet principal : La différence, trouver sa place
Philibert est né dans une famille d’enchanteurs. Ses frères et sœurs présentent tous des dons comme la peinture, la musique, l’informatique… Mais lui n’a pas encore découvert son don ! Alors, il cherche. En voulant découvrir s’il sait voler, il saute du premier étage de son école. Pour savoir s’il a le don des maths, il gribouille sur les équations de son frère Albert, un véritable génie ayant reçu la médaille Fields à dix-huit ans. Mais Philibert persévère et finit par découvrir son don !

J’ai trouvé ce livre fantastique car j’adore tout ce qui sort de l’ordinaire (comme les pouvoirs) ainsi que les livres plein d’humour, et ce roman entre dans ces deux catégories ! Je conseille ce livre à toutes les personnes ayant le sentiment de ne pas réussir à s’intégrer dans la société (et aux autres aussi !).
Mon passage préféré :
« – Mmmmm… dit-elle.
Et la maman de Marcus sourit et commente : N’est-ce pas ? C’est un délice !
C’est divin, répond Lucia.
Exquis ! poursuit madame Dupont.
Les deux mères rivalisent de synonymes : excellent, parfait, succulent, merveilleux, enchanteur, délicieux, gastronomique…sans parvenir à trouver le mot juste. Le plaisir est trop intense. »
Philibert Merlin, apprenti enchanteur par Gwladis Constant

Tiphanya, maman, donne son avis sur Apprendre à lire le guide de survie pour les parents

La lecture est un sujet que j’adore et qui a toujours suscité ma curiosité.
Ce « guide de survie » évoque de très nombreux aspects de la lecture et son apprentissage et j’ai trouvé ça très intéressant. Ainsi on y parle de la lecture en famille, du plaisir de lire, de la non-opposition écran/livre, des orthophonistes, etc. L’ensemble est très bienveillant envers les enfants et rappelle qu’il n’est pas nécessaire de forcer les enfants à apprendre à lire avant 6 ans. L’important est de suivre le rythme de l’enfant. On rappelle également qu’apprendre à s’habiller aide d’une certaine façon à lire, car il y a un ordre (d’abord la culotte ensuite le pantalon) qui a une raison d’être.

Ce livre est organisé en chapitres ne contenant que des questions / réponses. Il n’est donc pas nécessaire de le lire de façon linéaire, on ne s’arrête que sur ce qui nous intéresse.
Petit échantillon de questions : à l’école qui choisir la méthode d’apprentissage et le manuel de lecture ? En combien de temps mon enfant est-il censé savoir lire ? Les parents ont-ils un rôle à jouer dans l’apprentissage de leur enfant ? Les livres audio ont-ils un intérêt particulier ? Faut-il parler des difficultés de mon enfant avec ses enseignants ? Qu’est-ce que la dysorthographie ? Etc.

Facile à lire, il est idéalement à réserver aux parents dont l’enfant va entrer au CP.
Apprendre à lire, le guide de survie pour les parents, Clémence Roux de Luze

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *