Correspondance entre enfants : pourquoi et comment ?

Cela semble totalement désuet et certains enfants me regarderaient probablement de travers si j’émettais une telle idée devant eux. Mais une correspondance entre enfants (et même entre adultes) a un certain charme et permet de rappeler que le besoin d’instantanéité n’est souvent qu’une illusion.

Dans cet article, je vous propose des pistes pour mettre en place une correspondance entre enfants, mais aussi des réflexions sur ce que cela permet. Moi-même j’écris régulièrement et j’ai toujours autant de plaisir à recevoir de véritables lettres.

Pourquoi mettre en place une correspondance entre enfants ?

On peut se limiter à l’argument du plaisir. Celui d’ouvrir la boîte aux lettres pour y découvrir une enveloppe adressée à une personne en particulier. Celui de s’échanger des mots, de décorer le papier et l’enveloppe ou de choisir une jolie carte.

Pour les enfants, cela va même plus loin et une telle amitié est source de nombreux apprentissages. Personnellement, j’ai eu ma première correspondante en maternelle, dans un projet initié par la maîtresse avec une autre classe de la ville.

Correspondance entre enfants du même pays ou non
Image par G.C. de Pixabay

Voici une petite liste non-exhaustive en faveur de la correspondance :
– apprendre la patience ;
– évaluer le temps qui passe, anticiper un anniversaire pour que la lettre arrive au bon moment, réfléchir à ce qui mérite d’être dit quand le texte ne sera lu que dans quelques jours ;
– ordonner ses pensées pour faire une lettre qui a du sens et une progression ;
– s’interroger sur la culture des autres (non, on ne mange pas de bretzels à Londres ni même à Lille) ;
– écrire et dessiner pour être réellement lu (par opposition aux exercices d’écriture des cahiers de français) ;
– accepter de ne pas savoir quand on recevra une réponse, on n’a pas de notification quand la lettre est lue ou quand la réponse est partie ;
– travailler sa mémoire pour se souvenir des discussions précédentes.

On utilise très souvent l’argument de l’apprentissage d’une langue étrangère, mais pour l’avoir testé, il est tout de même préférable que l’enfant ait déjà un niveau correct pour que la correspondance soit intéressante et riche d’une lettre sur l’autre. L’alternative possible est de trouver un francophone qui vit à l’étranger. Pour certains parents vivant loin, c’est une façon d’introduire le français dans leur foyer, tandis que pour les Français, cela offre un peu de dépaysement via les courriers.

Une histoire d’amitié

Quand on fait le choix d’écrire régulièrement, on entretient ou on crée un lien. Cela est tout autant valable que l’on écrive à ses grands-parents ou à un enfant inconnu. Ce dernier devient progressivement un ami.

Toutefois, pour que l’amitié fonctionne, il faut que votre enfant soit intéressé. Autrement, chaque lettre sera un cauchemar pour l’adulte qui force, tandis que l’enfant n’aura que du ressentiment pour son destinataire, source d’une activité qu’il déteste ou simplement qui lui fait perdre son temps.
Il faut aussi qu’il trouve un point d’accroche avec l’autre. Il faut avoir envie d’écrire et de lire, d’avoir une discussion en commun. Il peut être question de romans, de Minecraft ou des différentes visites que l’on fait. Le sujet est moins important que la curiosité que les deux correspondants éprouvent.

Aujourd’hui les réseaux sociaux permettent de trouver assez facilement quelqu’un qui connaît quelqu’un qui connaît quelqu’un qui est intéressé. Le risque est de tomber sur un simple curieux qui au moment d’écrire ne fera rien. Il est aussi possible qu’après deux ou trois lettres, on n’ait plus rien à se dire, tant pis, inutile de transformer ça en devoir obligatoire. Ces déceptions me semblent inévitables et nous avons commencé de nombreuses correspondances qui n’ont finalement débouché sur rien après quelques semaines.

Comment trouver un correspondant ?

Toute la difficulté est là !

Trois sites internet sont spécialisés dans la mise en contact. En général, les échanges se font principalement en ligne et à partir de 13 ans. Il est tout de même possible de trouver des personnes prêtes à écrire de véritables lettres :
Penpal Gate
Étudiants du monde
Penpal World

Si l’objectif est simplement de l’échange de cartes postales, je vous conseille le site Postcrossing. Je l’utilise ponctuellement (quand j’ai envie de me dépayser ou en lien avec un projet de géographie en IEF) et je n’ai jamais eu de mauvaises surprises.
On écrit une carte à des inconnus mais il est possible de faire des demandes pour des correspondants réguliers.

Enfin, pour les jeunes enfants, je vous suggère tout simplement de poster un message auprès de vos proches. Il peut s’agir d’écrire à un petit cousin que vous n’avez jamais rencontré ou à la fille d’une ancienne copine d’école.
Pour cela, laissez un message sur l’un de vos réseaux sociaux (pour vos proches). Contactez directement des associations d’expatriés. Confiez votre adresse à des enfants rencontrés en vacances (ma fille a écrit pendant deux ans à une petite fille de son cours de ski!). Laissez l’information circuler par le bouche à oreille. Chez moi, c’est ce qui a le mieux fonctionné !

Alors êtes-vous tenté ?

2 réponses sur “Correspondance entre enfants : pourquoi et comment ?”

  1. Bonjour je vous écris pour vous demander s’il est possible de correspondre avec un enfant avec le mien de découvrir sa culture partager merci

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *