Comment utiliser une mindmap pour apprendre ?

Difficile de ne pas en avoir déjà entendu parler. De plus en plus de profs utilisent des mindmaps avec leurs élèves, que ce soit pour mettre en forme la leçon ou pour leur donner des techniques pour réviser. Les éditeurs se mettent même à publier des livres pratiques à destination des apprenants sur le sujet.

Alors même s’il n’y a pas une seule façon de faire des mindmaps, je vous propose de découvrir le principe, pour tenter de les intégrer dans votre quotidien ou tout du moins comprendre ce que cela signifie.

Les photos sont des exemples de cartes mentales réalisées par ma fille de 6 ans et moi-même. Je vous invite à cliquer sur les liens au fil de l’article pour des exemples plus artistiques.

Une mindmap, qu’est-ce que c’est ?

En français, on parle de mindmap (ou mind map en deux mots), de carte heuristique ou de carte mentale.
Le concept vient de Tony Buzan, un psychologue anglais. Il a développé son idée dans son livre Mind Map, dessine-moi l’intelligence.
Pour reprendre ses mots, la carte mentale est un puissant outil graphique qui donne accès au potentiel du cerveau. Elle regroupe en une seule fois toutes les compétences de l’esprit : l’utilisation des mots, des images, des chiffres, de la logique, du rythme, des couleurs et de l’organisation spatiale.

De façon plus concrète, il s’agit de représenter en arborescence des idées, sans se limiter aux simples mots. La réalisation et la relecture de la carte heuristique en font un outil qui facilite la compréhension et la mémorisation. Et ce sont les associations (de couleurs et de mots, d’images, de dessins, etc.) qui permettent l’apprentissage.

L’idéal pour creuser le sujet est de lire le livre de Tony Buzan. Mais vous pouvez également lire cette interview d’une formatrice.

Comment dessiner une carte mentale?

C’est bien la question centrale : comment créer une mind map ?

Tout d’abord il est important de savoir que l’on n’est pas obligé de la faire à la main. Il est tout à fait possible de réaliser une carte heuristique avec un logiciel comme mindomo (en ligne) ou freemind (à télécharger). Cependant je n’en ai jamais utilisé car j’aime écrire (et acheter de jolis stylos).

Pour une approche manuscrite, il faut prévoir un peu de matériel : des feuilles blanches sans lignes et des stylos / crayons / feutres de couleurs.

Pour l’approche concrète, on doit toujours partir d’une seule idée. Elle est centrale et elle peut être représentée par un mot ou une image. Il n’y a pas de limite à ce point de départ.
Puis de ce point de départ on va créer des branches, chacune correspond à un terme. N’hésitez pas à mettre de la couleur.

Voici quelques conseils supplémentaires que l’on retrouve sur le site de Tony Buzan :
– placez l’idée de départ au centre de la feuille pour permettre à votre esprit de partir dans toutes les directions ;
– connectez les branches principales entre elles, car ce sont les associations d’idées qui permettent de mieux ancrer les connaissances dans notre esprit ;
– ne faites pas de lignes droites, elles ennuient notre cerveau ;
– dessinez, car chaque image vaut bien plus que des mots.

Mindmap sur le thème de Sakura, par une enfant de 6 ans

Pourquoi faire une mind map ?

J’ai commencé à faire des cartes mentales pour m’organiser. Il y a pour autant de nombreuses autres bonnes raisons de se lancer dans la création de cartes heuristiques.

Savoir identifier les éléments de base : pour faire une carte efficace, il faut pouvoir identifier ce qui est vraiment important. Par exemple dans une carte mentale sur le Moyen-Âge, l’enfant doit comprendre que les paysans libres ou non sont à regrouper ensemble même s’il existe deux mots pour les désigner.
Retenir la leçon en réalisant la carte : pour faire la carte, il faut avoir accès à sa leçon. Pour certains le seul fait de devoir créer une carte mentale sur un poème à présenter au bac leur suffit à retenir les infos essentiels.
Retrouver rapidement des informations : quand une carte mentale est bien faite, il est alors facile de retrouver les informations.
Apprendre une leçon a posteriori : en créant des associations (visuelles et informatives), il est plus facile de retenir une leçon en relisant sa carte.

carte mentale grammaire primaire

À partir de quand faire des cartes mentales ?

Dès la maternelle un enfant peut lire une carte mentale. Je n’ai pas d’exemple à vous montrer car cela demande de se débrouiller vraiment bien en dessin. Par contre j’en ai commencé une en grammaire, à partir des notions déjà vu avec ma fille. Il reste de la place pour compléter avec les adverbes que nous découvrirons bientôt.

Je vous conseille de consulter ce site qui propose des petits quizz. L’objectif est d’apprendre à lire une mindmap. C’est parfois assez difficile, il faudrait adapter pour de jeunes enfants, mais cela montre bien comment apprendre à les lire de façon ludique.

On considère qu’à partir du niveau CM1 un enfant peut réaliser lui-même une carte heuristique. Elles sont très utilisées en étude de la langue et en histoire. Mais il est possible d’en faire pour tout.

Ci-dessous je vous propose un extrait de l’un des cahiers Nathan malins qui reposent sur des cartes mentales. En effet, le gros défaut des mind maps est qu’elles demandent beaucoup de temps. Du coup, cet éditeur propose des cartes mentales partiellement remplies pour étudier le français et les maths (que vous pouvez découvrir ).

livre de grammaire avec des cartes mentales
Extrait de Bien former les accords – CE1 et CE2

Et si vous avez encore des doutes sur ce que les enfants pourraient en penser, je vous invite à découvrir ces témoignages d’enfants sur leur utilisation des mind maps.

Peut-on faire des cartes mentales sur tout ?

Quand on cherche en ligne, sur Google Image ou Pinterest, on découvre une très grande variété de cartes mentales.

Ainsi on peut réaliser une carte mentale sur un livre pour un faire un résumé ou pour préparer l’oral du bac. On peut se lancer dans une carte mentale pour faire un bilan de chaque leçon de SVT ou pour préparer (et présenter) un exposé devant sa classe ou des amis. On peut même faire du mind mapping pour apprendre une langue !

mindmap pour apprendre l'italien

La seule chose est qu’il faut oser dessiner. Et je sais que si avec certains de mes élèves (quand j’enseignais le français langue étrangère) il n’y avait aucun soucis, d’autres étaient tellement gênés par leur « incapacité » à dessiner que cela créait un blocage, y compris dans l’apprentissage de la langue.

Alors oui, on peut faire des mind maps sur tous les sujets et dans de très nombreux contextes. Et oui c’est un outil très efficace. Mais cela ne veut pas dire que cela doit être un outil à utiliser impérativement.

Laisser un commentaire