Comment animer un club lecture ?

Depuis sept mois, Nine participe à un club lecture que j’ai proposé aux autres familles en IEF de notre région. Si la demande venait d’elle, l’organisation du club est directement issu de mon expérience en librairie.

J’avais en tête plusieurs objectifs autour de ce club. Ce sont des objectifs personnels et je vous les partage, non pour vous les imposer, mais pour vous montrer la variété possible autour d’un simple rendez-vous mensuel :
– permettre aux enfants de passer du temps ensemble, d’apprendre à se connaître et à interagir ensemble,
– laisser les enfants s’exprimer librement devant un public,
– les surprendre avec des livres ou des thèmes vers lesquels ils n’iraient pas spontanément,
– passer un bon moment.

Notre groupe actuel est constitué de quatre familles pour un total de sept enfants de 5 à 12 ans. Les parents restent sur place, mais majoritairement silencieux. Idéalement j’aimerai ne même plus avoir besoin de parler, voire d’être là… Quand j’animais un tel club lecture en librairie, les enfants avaient entre 8 et 13 ans et étaient présents sans parent. J’avais alors surtout un rôle d’arbitre (s’assurer que tout le monde puisse s’exprimer librement) et de conseillère (pour répondre à des questions comme « il a écrit d’autres trucs cet auteur ? »).

Je vous propose de découvrir notre organisation pour vous aider à mettre en place un club-lecture.

animer un club lecture enfant

Créer une ambiance agréable pour le club lecture

La toute première fois, nous nous sommes réunis dans un parc sur un assemblage de nappes de pique-nique. Par la suite, l’une des familles a accepté de nous recevoir dans son salon et le lieu est parfait. Chacun peut se trouver une place confortable (sur un canapé, un fauteuil, une chaise ou au sol) tout en formant une sorte de cercles.

Les règles sont celles de la vie en communauté : prendre le temps de s’écouter les uns et les autres. Ce n’est pas toujours facile au sein d’une fratrie (mais pourquoi se chamaillent-ils autant tout en insistant pour rester assis ensemble?), mais en-dehors de la fratrie cela se passe bien.

Nous terminons systématiquement avec un goûter tous ensemble et du temps pour jouer/discuter. L’idée est de prendre plaisir à se retrouver et non d’y voir un rendez-vous imposé. J’espère que d’ici quelques années, les copains, les livres et les gâteaux se mêleront dans la mémoire des participants.

Tous les livres sont bons à lire

Je sais que cette phrase fait frémir de nombreux parents. Moi-même je n’ai jamais montré à ma fille que certains livres existaient car je n’en aime pas le graphisme / l’histoire / le vocabulaire / le message. Les raisons peuvent être multiples.
D’un autre côté ma fille est libre de ses emprunts à la bibliothèque et on lui lisait ce qu’elle voulait qu’on lise quand elle était petite.

À mon sens, pour savoir qu’un livre est mauvais, il faut commencer par le lire. Et avant cela il faut se construire une culture, ce qui implique de beaucoup lire.

Les enfants viennent donc avec leur livre du moment, que ce soit un roman, une bande dessinée, un album ou un documentaire. Et à ma grande surprise, les autres enfants écoutent toujours tout avec sérieux (là où certains adultes ont tendance à grimacer, car sa culture personnelle lui permet d’avoir déjà une idée juste ou non sur la qualité du texte). Parfois Untel souhaite emprunter celui présenté par Unetelle. La présentation d’un livre peut se finir par pleins de questions ou par une petite phrase sans appel « on passe au suivant ! » (c’est très rare, il y a toujours au moins une question, éventuellement d’un adulte).

Avec les livres qu’ils choisissent personnellement et avec ceux lus par leurs amis, les enfants se construisent une culture qui leur est propre. Et au fil des rencontres, le regard critique s’aiguise, doucement mais sûrement.

quels livres pour un club lecture enfant

Proposer de nouvelles lectures

Dans mes objectifs lors de la création du club lecture, je voulais proposer aux enfants de lire ce qu’ils n’iraient pas forcément choisir seul dans une librairie ou une bibliothèque. J’ai beaucoup réfléchi au format que pouvait prendre cette volonté de ma part.

J’ai finalement opté pour l’alternance. À un rendez-vous du club lecture, les enfants présentent leur propre lecture. Puis avant de clôturer la rencontre, je leur propose deux ou trois livres et ils votent ensemble pour la prochaine lecture commune. Du coup lors de la rencontre suivante les enfants discutent tous ensemble du même livre.

Je retiens des livres différents à chaque fois, toujours des livres qui vont les obliger à réfléchir en dehors de leurs habitudes.
Voici quelques titres proposés : un piano pour Pavel, la trêve de Noël, l’enlèvement de la bibliothécaire, Little Lou, Le bus de Rosa, etc.
Lors de la présentation, j’essaye d’en dire le moins possible pour qu’ils choisissent avec le moins d’informations possibles. Je sais que c’est étrange, mais chaque mot, chaque illustration les influence vers leur zone de confort. Ainsi je repense à une demoiselle qui a râlé quand un livre a été élu car il ne contenait absolument aucune illustration et qu’elle n’avait donc pas voté pour. Au final lors du rendez-vous suivant, elle l’avait lu et elle avait beaucoup de choses à dire sur le sujet.
Car si rien n’oblige à aimer un livre, l’accord est de toujours laisser sa chance au livre élu au moins sur quelques pages (et jusqu’à présent tout le monde a toujours tout lu).

Tous les livres que je propose ont suffisamment de matière pour en discuter ensemble, correspondent à la maturité des enfants présents et sont faciles à trouver en bibliothèque. Je les ai tous lu avant de les proposer. Enfin je varie les ambiances. Le premier titre lu était plein d’humour, alors exit l’humour dans la sélection suivante.

Favoriser la discussion sans en dire trop

Chaque enfant est différent. Ma fille parle vraiment beaucoup et a du mal à ne pas raconter la fin. Elle se concentre sur le résumé en priorité. À l’inverse, une autre participante nous présente les pages qu’elle a aimé, se concentrant sur son avis et oubliant de faire un petit résumé.

Vraiment, je pense que les enfants peuvent se débrouiller sans moi en général. Ainsi pour ma fille, si elle présente un livre que quelqu’un connaît, ce dernier l’interrompt en lui disant « ne raconte pas la fin ! ». Tandis que l’autre participante en exemple ci-dessus est souvent interrogée à l’issu de sa présentation sur quelques détails du livre, de façon à tout de même avoir un résumé.

Je sers plus souvent de médiateurs, invitant celui qui le veut à prendre la parole, m’assurant qu’un enfant timide a vraiment fini avant que quelqu’un d’autres ne s’expriment.

Toutefois il y a des enfants qui ont aussi besoin de quelques questions pour se lancer. Je ne l’ai appris qu’au fil des mois. Et à eux spécifiquement, je pose des questions :
– est-ce la première fois que tu lis un livre de ce style ?
– si tu devais en changer un passage, que changerais-tu ? Pourquoi ?
– t’es-tu amusé en le lisant ?
– ce personnage est-il vraiment … (adjectif au choix) ?

Pour la lecture commune, il en va de même, ou presque. Je demande « alors, qu’en avez-vous pensé ? » et la parole se délie. Ils ont souvent tous quelque chose à dire, même s’ils ne sont pas toujours d’accord. Des extraits sont lus, des passages sont débattus. Et des réflexions plus philosophiques sont menées. Toutefois, ayant toujours l’appréhension que pour ce livre-là personne n’ait rien à dire, je prépare toujours quelques questions de secours :
– qu’est-ce que le personnage principal veut le plus ?
– quel personnage te fait le plus penser à toi ?
– que changerais-tu si tu écrivais ce livre ?
– à quel livre te fait penser cette histoire ?
– avait-il raison de faire… ?
– qu’est-ce qui t’a le plus surpris ?

J’ai vraiment beaucoup aimé assister à la discussion qu’ils ont eu autour du court roman de science-fiction Robot mais pas trop. Ce fut l’occasion de parler de robots, mais aussi de réfléchir sur le mensonge à partir de cette question que je leur avais préparé : dans le dernier chapitre le robot domestique ment au petit garçon, vous en avez pensé quoi ?

En tout cas l’expérience m’a appris de toujours préparer des questions, on ne sait jamais comment les enfants réagiront. Je m’inspire beaucoup des idées de Sarah Mackenzie (dans son livre sur la lecture à voix haute).

Pour aller plus loin

Le club lecture devrait permettre à chaque participant de retrouver des amis (les autres participants) pour leur présenter des amis de papier (les héros de leurs livres). Tous ensemble ils grandissent, s’enrichissent et, j’espère, en ressortent avec une meilleure connaissance de leurs lectures et peut-être même de leurs idées et émotions.

Par ailleurs les parents étant eux-mêmes des personnes avec des idées différentes et enrichissantes, quand les enfants s’échappent pour jouer librement, nous prolongeons la discussion autour de la lecture commune. Car après tout il n’y a pas d’âge limite pour réfléchir et apprendre.

Pour proposer des lectures stimulantes, voici quelques pistes :
– des livres à lire à voix haute en famille ou chacun de son côté pour mieux se retrouver ensuite,
– une sélection de livres avec des personnages non-blancs,
– la liste établie par l’Éducation Nationale française pour le cycle 2 et celle pour le cycle 3.

6 réponses sur “Comment animer un club lecture ?”

  1. bonjour
    pouvez-vous me dire comment cela se passait concrètement lorsque vous étiez dans le cadre d’une librairie ? avez-vous acheté les livres avant/après le club de lecture ? merci de vos précisions. Bonne journée.

    1. Bonjour,
      Le principe était le même en librairie, les enfants venaient présenter leur propre livre en priorité. Mais étant dans une librairie à Paris, une éditrice avait accepter de venir à un de nos rendez-vous pour présenter son travail. Et elle était arrivée avec plusieurs services de presse.
      Du coup les services de presse (les siens et d’autres) étaient souvent au coeur des lectures, de même que les livres des bibliothèques du quartier.
      J’espère que ça répond à votre question.

  2. J’essaye de monter un club de lecture pour encourager les enfants (8-9 ans)de mon entourage à lire … mais l’idée de vient pas d’eux comment faire pour les y interesser?

    1. Bonjour,
      Je pense que le club lecture doit être un moment attirant en lui-même. Il y a des dizaines de raison d’avoir envie d’y aller, que ce soit pour revoir les copains, prendre un bon goûter, pouvoir s’habiller comme son personnage préféré, s’installer dans un parc, etc. L’important est le club, pas la lecture. Si un enfant ne veut présenter que des bandes dessinés sans texte, il mérite la même écoute et le même respect que les autres du même âge qui viennent avec un roman de 500 pages.
      Du coup, l’ambiance est à privilégier avant la lecture !
      Bonne organisation et n’hésitez pas à revenir nous dire si ça a fonctionné.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *